#2 Qui sont les garants des droits de l’Homme ?

Aujourd’hui l’Unescube a choisi de vous présenter les secrétaires généraux de l’Organisation des Nations Unies ! Dans la défense des droits de l’Homme ceux-ci sont souvent les premiers invoqués et leurs réactions sur les sujets à propos desquels ces droits sont menacés sont scrutées. Voici les quatre derniers d’entre eux : 

Boutros Boutros-Ghali

Boutros Boutros-Ghali est né le 14 novembre 1922 au Caire dans une famille de la haute bourgeoisie copte. Il obtient une licence de droit à l’Université du Caire en 1946 et un doctorat de droit à l’Université de Paris ainsi que le diplôme de Sciences Po en 1949. Il débute sa carrière professionnelle en tant que professeur de droit et de relations international à l’Université du Caire mais aussi dans plusieurs institutions académiques étrangères, un poste qu’il conservera jusqu’en 1977. Il occupe par la suite la fonction de ministre d’Etat aux Affaires étrangères d’Egypte entre 1977 et 1991, parallèlement à sa présidence de la Société égyptienne de droit international.

Le 1er janvier 1992 Boutros-Ghali devient le sixième secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. De son mandat on retient particulièrement sa contribution à la doctrine de la diplomatie préventive notamment par son implication dans l’élaboration de l’Agenda pour la paix. Il est aussi celui qui a initié la réunion en 1993 qui a abouti à la « Déclaration de Vienne ». Ce projet de résolution adopté par les 171 Etats membres a permis de déclarer universels, indivisibles et interdépendants tous les droits de l’Homme (civils et politiques, économiques, sociaux, culturels…) !

A la fin de son mandat de secrétaire général de l’ONU il devient le premier secrétaire général de la Francophonie jusqu’en 2002 et continue de participer activement jusqu’à son décès en 2016 aux travaux de l’Unesco, c’est-à-dire à œuvrer pour l’éducation, la science et la culture.


Kofi Annan

Kofi Annan, septième secrétaire général des Nations Unies de 1997 à 2006 et prix Nobel de la paix en 2001, est considéré comme un des plus fervents défenseurs des droits de l’Homme. Dès 2002, il affirmait que la démocratie et les droits de l’Homme étaient les meilleures protections contre le fléau du terrorisme à la lutte duquel l’ONU participe pleinement. (plus d’infos ici). Il est notamment connu pour son rapport intitulé « Dans une liberté plus grande – Vers le développement, la sécurité et les droits de l’Homme pour tous » en 2005 qui constituera le document de travail des chefs d’Etats et de gouvernement. Il souligne que la défense des droits de l’homme est une responsabilité collective. Dans cette optique on peut noter qu’il était notamment secrétaire général lors du lancement des Objectifs du Millénaires pour le Développement en 2000.

Les objectifs adoptés sont répartis en huit domaines et étaient porteurs de nombreuses promesses et espoirs au début du nouveau siècle :

  • Assurer l’éducation primaire pour tous.
  • Réduire l’extrême pauvreté et la faim.
  • Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes.
  • Réduire la mortalité infantile.
  • Améliorer la santé maternelle.
  • Combattre les maladies.
  • Assurer un environnement humain durable.
  • Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Retrouvez le rapport de 2015 sur les OMD qui établit un bilan de ce programme.


Ban Ki Moon

Ban Ki-Moon est né le 13 juin 1944 en Corée du Sud. Il est ministre des Affaires étrangères et du commerce de son pays entre 2004 et 2006 mais se tourne peu à peu vers la diplomatie. Après avoir évolué pendant plusieurs années à différents postes au sein de l’ONU il devient à la suite de Kofi Annan le huitième secrétaire général des Nations Unies en 2007 et il effectue deux mandats, jusque décembre 2016.

Durant ses deux mandats, il s’est distingué par son engagement dans la condamnation des attentats de 2001 et a fait pression pour la fermeture du camp de Guantanamo, exhortant le Président George W. Bush à agir en ce sens. Engagé pour le respect des droits de l’Homme il a rendu hommage à à Nelson Mandela au nom des Nations Unies lors d’une cérémonie le 10 décembre 2013 (à visionner ici)

 


 Antonio Guterres

L’actuel secrétaire général de l’ONU a pris ses fonctions le 1er janvier 2017 succédant à Ban Ki-Moon. Sa volonté pour l’ONU est notamment une diplomatie plus affirmée et une politique tournée vers la prévention des conflits. Ainsi, durant cette première année en tant que secrétaire, il a affirmé à de nombreuses reprises son attachement aux droits de l’homme.

En effet, avant de prendre ses fonctions en tant que secrétaire, Antonio Gutteres a été Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, il rappelle ainsi dans nombre de ses discours la détresse dont il a pu être témoin. Le 27 février il a ainsi prononcé un discours important dans lequel il appelle le Conseil des Droits de l’Homme à défendre les droits de toutes les personnes de manière impartiale, il affirme même de manière très forte qu’aujourd’hui « Le mépris des droits de l’homme est une maladie, une maladie qui se propage partout, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest. » (retrouvez son discours ici)

De même, lors de ses nombreux déplacements, par exemple lors des élections au Kenya, il a insisté longuement sur l’exigence du respect des droits de l’Homme pour tenter de prévenir des violences intercommunautaires qui auraient pu avoir lieu à la suite des scrutins. Enfin, il a aussi plusieurs fois rappelé sa position contre la peine « qui n’a pas sa place au XXIe siècle, et ce en toutes circonstance, il faut abolir cela le plus vite possible ».