Peux-tu te présenter rapidement ?

Salut à tous, je viens de Voiron, une ville moyenne en Isère, connue pour la Chartreuse (boisson) et la Chartreuse ( montage). Je m’appelle Elsa, j’ai 18 ans et je suis en deuxième année de double cursus Sciences et Sciences sociales. J’ai choisi les mathématiques à Jussieu et la majeure « Politique et gouvernement » côté SciencesPo. A part ça, j’aime voyager, jouer de la musique, grimper, sortir et ça tombe bien, de nombreux camarades Scubes aussi.

Comment en es-tu venue à postuler pour la Scube ?

Au lycée, je savais que la recherche scientifique pouvait me plaire, surtout en maths : je voulais donc aller en prépa scientifique. Seulement la prépa risquait de me faire devenir ingénieure plus que chercheuse. De plus, j’avais une grande passion pour la musique et, sans vouloir en faire mon métier, je cherchais une voie qui me permettrait de continuer. Mais comment ne pas aller en prépa, en ayant des chances de travailler dans la recherche, et surtout sans avoir l’air de débiner devant l’adversité ? J’avais commencé à regarder les cursus universitaires, mais je trouvais cette voie moins sûre que la prépa dans ses débouchés. Le 20 mars, APB verrouillé, cela commençait à faire tard pour échapper à la prépa… Suite à une passion soudaine et éphémère pour la philo, j’ai découvert le double cursus Sciences et Philo de l’UPMC. Quelques jours plus tard, la Scube. Un mois plus tard, le dossier de candidature était envoyé.

Quelles ont été tes premières impressions ?

Je ne m’en souviens plus tellement la première année a été une succession se bouleversements, de découvertes, de rencontres à un rythme effréné. Entre sorties, soirées et bibli (il fallait bien une rime), cette première année a été avant tout une aventure collective, et heureusement car cela a été parfois difficile de débarquer toute seule à Paris, loin de tout ce que je connaissais avant.

As-tu regretté ton choix ?

Non, la Scube est vraiment devenue ma voie au fil de la première année. Chaque matière m’a apporté énormément, tant pour les connaissances et les méthodes que pour mes propres goûts. La Scube m’a permis de confirmer que je veux faire des maths, en évitant d’être enfermée trop tôt dans cette voie. En plus, j’ai vraiment pu continuer la musique, grâce à un orchestre étudiant (l’Orchestre et Cœur des universités de Paris). Même si je n’ai pas tout à fait maintenu le niveau que j’avais au lycée, j’ai pu participer à des concerts vraiment géniaux, à la Sorbonne puis à l’Auditorium de Radio France.

Le temps libre en Scube, ça ressemble à quoi pour toi ?

En plus de l’orchestre, j’ai fait un peu de sport avec le DAPS, escalade et basket, au deuxième semestre où on avait pas mal de temps. Cette année je continue l’escalade. Mais ce qui rend la Scube si unique, c’est que chaque semaine apporte son lot de conférences diverses, de soirées, de sorties théâtre, cinéma, concert… Puis comme je suis encore bien attachée à mon chez moi, je rentre souvent donc je passe aussi du temps dans le train !

Tu peux nous parler parcours et stage civique ?

J’ai choisi le thème assez vaste de démocratisation culturelle pour le parcours civique. Le stage civique m’a presque menée au pôle Nord puisque j’ai trouvé un job dans un musée à Tromsø en Norvège. J’ai passé deux mois géniaux à voyager, entre les paysages magnifiques, les soirées Erasmus et les expositions du musée, donc pour l’instant, ça se passe bien ! Pour le projet libre j’attends le feu vert pour le faire à Animaths, une association qui lutte contre les discriminations de genre en maths.

Passons à la question qui fâche : quels sont tes plans pour la 3A et pour la suite ?

Comme je l’ai dit, je veux faire des maths donc je pense postuler aux ENS et peut-être à des écoles d’ingénieur. Sinon, je sais que le système universitaire me convient vraiment bien et je pourrais bien rester à Sorbonne Université en master de maths, et pourquoi pas aussi à SciencesPo, à l’école doctorale (qui propose des masters aussi). J’aimerais travailler sur le lien entre la société et les scientifiques. je pense à des métiers dans la recherche, l’enseignement, le journalisme ou la médiation scientifique. Entre temps, je vais devoir trouver une destination de 3A, mais pour l’instant ma liste est plus longue que le nombre de révolutions constitutionnelles de la Vème République. En exclusivité quelques noms : Auckland, Helsinki, Vienne, Berlin, Bristol, Édimbourg, Dublin, Calgary (aidez-moi). Sur ce, de grosses bises Scubes !

Catégories : Un mois un scube

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda 2019/2020

Rentrée
26 août 2019

Procédure Sciences Po

Validation du dossier d'admission
avant le 5 janvier 2020

Epreuves écrites
22 et 23 février 2020

Entretiens oraux
Deuxième quinzaine de mai 2020

Procédure Sorbonne Université

Envoi du dossier d'admission
aux alentours du mois de mai

Entretiens oraux
début juin