Et l’ambiance dans tout ça ?

« La Scube, c’est sûr, c’est du travail. Mais c’est aussi et surtout 50 étudiants par promo, jeunes, frais, dynamiques, un cocon pour passer deux années parisiennes incroyables, faites d’amitié, d’entraide, de rires, de pleurs, de fêtes, de joie, de bonheur, d’enthousiasme, de découverte, d’amour…bref deux années intenses et inoubliables !

Pour commencer, un Scube n’est jamais seul. Jamais.

Lorsqu’il faut sortir, le Scube le fait en groupe. Les “soirées Scubes“ font partit de son quotidien, où il peut profiter des petits studios de ses amis disséminés dans Paris, afin d’essayer de battre le record de la soirée qui fera rentrer le plus de monde dans un minimum de mètres carrés. Un Jeudi soir par mois, le Bureau des Eleves (ou BDE) organise une soirée dans une boîte parisienne où tout Sciences Po se retrouve dès les stations de métro environnantes. Naturellement, le Scube s’est réuni auparavant à une “before Scube“ afin d’arriver … en groupe. En plus de cela, il peut participer à toutes les soirées proposées par les différentes associations de SciencesPo, des soirées très british de l’association « Cheers » aux événements plus colorés de l’association « Sciences Ô » des étudiants d’Outre-mer.

Bien sûr, un avantage indéniable du double cursus, c’est d’être basé à Paris, capitale majestueuse et ville de Lumières où la ville étudiante et culturelle fourmillante se déroule dans un décor magnifique.

Lorsqu’il faut partir en vacances, les Scubes restent ensemble : chaque année, un voyage est organisé pour que le Scube puisse aller se ressourcer à l’étranger, et les week-ends au loin ne manquent pas : Berlin, Amsterdam, la petite ville de Provins…

Lorsqu’il faut travailler (malheureusement, cela arrive, parfois), un Scube n’est jamais laissé à lui-même. La bibliothèque est un rendez-vous incontournable pour s’appliquer par groupes de 5 ou 10 à finir une dissertation d’Histoire, se donner les réponses d’un exercice d’énergie ou se faire réciter les auteurs incontournables de sciences politiques.

Les jeunes Scubes débarquant en premières année se voient assigner un parrain (voire deux, ou trois) qui les aidera à comprendre, apprendre, s’organiser, manger, dormir et leur dévoilera les ficelles de la réussite tout en les conseillant sur quel sport et quel cours de photo prendre au second semestre.

En effet, un Scube démultiplie les activités. Sciences Po propose un myriade de sports différents qui permettent à chacun de trouver son bonheur : volleyball, équitation, tennis mais aussi cheerleading ou rugby (sports très prisés au sein du double cursus).

Pour les plus artistiques, le Bureau des Arts s’occupe de vous trouver de quoi vous occuper, avec des cours de théâtre, de chant, la semaine du cinéma, des comédies musicales, etc…

Enfin, il est possible de s’investir dans les associations d’élèves, dont certaines sont très impliquées dans la vie citoyenne : c’est le cas par exemple de Scoubidoo, qui organise des aides aux devoirs pour les élèves des quartiers les moins aisés de Paris.

Amitié, entraide, dynamisme, en Scube, impossible de s’ennuyer ! »

Viviane Trèves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *